L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum
L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République
Forum politique: Soutien au président Macky Sall
 
L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 Bienvenue sur le forum de l'APR 
" Grâce présidentielle accordée à Monsieur Karim Wade c'est un acte humanitaire"   Coulibaly Zaccaria~~ Le projet très ambitieux du Président Macky SALL: Le Plan pour un Sénégal Émergent  PSE ~~  La Diaspora soutien le Président Macky SALL ~~ www.macky2012.com est le site officiel de L' Alliance Pour la République. ~~ 
~ ~ PSE = SNDES + Yonnu Yoxute ~~ 
:: DECLARATION de la COJER ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum -> APR/Yaakaar -> Communiqué du parti
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sengenis
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2008
Messages: 201
Localisation: Canada
Masculin Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre
nombre de messages: 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mer 16 Nov - 15:06 (2011)    Sujet du message: DECLARATION de la COJER Répondre en citant

COORDINATION DES JEUNESSES REPUBLICAINES  
---------------------------  
COJER  
-------------------------------------------------------------------------------  
DECLARATION  
--------  
Nous avons suivi M Idrissa Seck, hier, sur les plateaux d’une télévision de la place, s’adonner une fois de plus, à son jeu favori du moment : convoquer M Macky Sall dans un débat où celui-ci n’avait nullement sa place, pour tenter, par la magie du verbe, de se hisser à sa hauteur. Avant sa sortie d’hier, M Seck s’était déjà fait remarquer dans l’opinion, au cours de ces dernières semaines, par la présence excessive de M Sall dans son discours politique : une offre d’alliance à Macky Sall au 2ème tour de la présidentielle, une accusation de complot contre Macky Sall, une annonce de « pardon » en faveur de Macky Sall, un appel à Macky Sall pour la reconstruction de « la famille libérale »…
Il est aisé, ainsi, de constater que la récurrence de M Macky Sall dans le discours politique de M Idrissa Seck n’est pas loin de la moyenne d’une convocation par semaine, alors que M Sall n’est pas le seul acteur de la scène politique nationale. Pourquoi donc, cette fixation ?
Il est tout aussi aisé de relever les incohérences discursives chez M Idrissa Seck traitant de ce qui constitue pour lui l’équation M Macky Sall, avec des éléments de langage au contenu antinomique. Comment un homme politique sérieux peut-il, sans transition, passer de l’offre d’alliance électorale, à la menace de coercition à l’intention d’une même personnalité politique ?
Au demeurant, l’opinion ne devrait pas être surprise d’entendre prochainement M Seck dire ou faire dire, qu’il n’a jamais fait une offre d’alliance au 2nd tour de la présidentielle de février 2012 à M Sall, qu’il ne l’a jamais convié à des retrouvailles dans le cadre de la « famille libérale ». L’homme est habitué à cet exercice de haute voltige consistant à parler de manière inconsidérée, pour renier ensuite ses propres propos.
Avant l’opération affirmation – négation sur les 7 milliards de budget pour la campagne présidentielle, l’on a connu celles sur un report de la présidentielle jusqu’en 2014, sur un détournement des fonds politiques confiés par le président de la République, et bien d’autres encore.
S’il est vrai que M Idrissa Seck a des talents de communication incontestables, il est tout aussi incontestable qu’il devrait apprendre à faire un usage rationel de ces aptitudes. Cela lui éviterait de devoir toujours revenir devant l’opinion pour démentir ses propres propos. N’est-ce pas les wolofs qui disent wah sou baré azaka guèneu ci ?
En vérité –et M Idrissa Seck n’a pas à se tromper là-dessus, on est clairement conscients de son jeu et des motivations qui le sous tendent-  l’on est en face de manœuvres de provocation de la part d’un homme politique en mauvaise posture qui cherche le rebond dans une confrontation verbale avec un concurrent qui l’a surclassé depuis longtemps.
M Idrissa Seck, la 2ème force politique consacrée par le scrutin présidentiel de février 2007 n’a pas su préserver ses acquis. Son inconstance, son incohérence, sa « tortuosité » pour dévaliser son propre vocabulaire, ont été les facteurs de dilapidation de son crédit politique, qui n’est plus loin de la barre d’épuisement. Ayant pris conscience, avec beaucoup de retard et autant de désarroi, que les schémas alambiqués qu’il a toujours privilégiés pour accéder au pouvoir, ne donneront jamais les résultats escomptés, M Seck s’est résigné à descendre sur le terrain politique et à devoir mouiller le maillot, dans le souci de réaliser son ambition obsessionnelle d’être président de la République.
Mais ce redéploiement stratégique bute contre deux écueils majeurs :
-         Il y a d’une part les mauvaises habitudes de M Idrissa Seck, qui a horreur de l’effort dans la persévérance, et qui pense que la palabre et la ruse peuvent toujours compenser le déficit de travail, d’où son activisme excessif de ces dernières semaines, après sa longue désertion du champ politique national ;
-         Il y a d’autre part que, la nature ayant horreur du vide et la vérité seule étant éternelle, la séquence temporelle de février 2007 à nos jours, avec le comportement des uns et des autres au cours de cette période, a consacré une redistribution des points de crédibilité alloués par l’opinion aux acteurs politiques, et M Idrissa Seck, revenu de désertion sans gloire, a dû constater qu’il en a été le grand perdant.
Cette situation cauchemardesque pour un homme politique convaincu d’être « né pour devenir président », explique toute l’agitation actuelle de M Seck avec comme cible de choix M Sall, l’homme politique qui occupe dans l’opinion la place dont rêve M Idrissa Seck.
M Seck s’entête à provoquer M Macky Sall, parce qu’il a tout à gagner dans un duel au bavardage et à la parlotte.
M Sall refuse cette confrontation de diversion, sans enjeu pour lui, parce que l’accepter serait se laisser distraire et reculer de plusieurs enjambées par rapport à sa position actuelle.
M Idrissa Seck peut redoubler d’ardeur dans la provocation contre M Macky Sall, mais qu’il se le tienne pour dit, celui-ci dispose de suffisamment de maîtrise et de contrôle de soi, pour ne jamais céder à la provocation.
Un grand champion de lutte traditionnelle, seigneur des arènes sénégalaises, répondant il y a un peu plus d’un an à de nombreuses interpellations sur l’opportunité d’un combat entre lui et un autre grand champion à l’étoile ternie par une série de revers, rejetait l’idée de ce combat en ces termes : « Je ne suis pas là pour tendre la perche à un lutteur qui n’a pas su gérer sa carrière et qui, par sa seule faute, s’est retrouvé dans les profondeur de la décadence avant terme ». Telle est la position de M Macky Sall vis-à-vis de M Idrissa Seck.
Ceux qui ne sont doués que pour le blabla peuvent prendre leur aise sur ce terrain. Les hommes d’action, eux, continueront de travailler efficacement, sans tambour ni trompette, la vertu en bandoulière.
 
Fait à Dakar, le 16 novembre 2011
Le Bureau National
www.macky2012.com

_________________
il n'y a pas de citadelle imprenable, il n'y a que de citadelle mal assiégée
Je dirai: la nation sénégalaise est immense et exige de ses citoyens une grandeur


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Nov - 15:06 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
zaccaria
Militant de base
Militant de base

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2008
Messages: 118
Localisation: paris
Masculin Lion (24juil-23aoû)
nombre de messages: 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mer 16 Nov - 15:17 (2011)    Sujet du message: DECLARATION de la COJER Répondre en citant

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs
Nous vous remercions d’abord de votre disponibilité.
Nous vous avons conviés ce matin, pour échanger avec vous, et avec l’opinion publique dont vous êtes des relais privilégiés, sur certains points de l’actualité nationale.
Le régime d’Abdoulaye Wade vient une fois de plus, de faire état de son anachronisme et de son orientation « démocraticide », par la déportation arbitraire de Malick Noel Seck, un jeune compatriote engagé dans l’action politique républicaine à qui il est reproché d’avoir soi-disant menacé des juges dans un pays où, comme il le dit lui-même, des tueurs de juges sont graciés puis amnistiés.
La COJER, aux côtés de l’ensemble des jeunesses politiques et citoyennes ayant opté pour le renforcement de la démocratie républicaine et de l’Etat de droit au Sénégal, en particulier celles membres du M23, invite les auteurs de cette infamie à se ressaisir pendant qu’il est encore temps, et à assurer sans délai le retour de Malick Noel Seck dans sa famille.
L’arrestation et la condamnation de Seck relevant de l’arbitraire le plus ignoble, il ne saurait être question de continuer à tolérer sa détention qui n’est qu’une manifestation radicale des tendances tyranniques de ceux qui nous gouvernent actuellement.
 En février 2000, ce n’est pas l’emprisonnement arbitraire qu’Abdoulaye Wade avait promis aux jeunes, mais un emploi décent et sécurisant.
Onze ans après, et à trois mois d’un nouveau rendez-vous électoral, le président Abdoulaye Wade, sans la moindre gêne, vient d’avouer son échec dans le domaine de l’emploi des jeunes.
Il est bon de rappeler que la question de l’emploi a été au cœur du pacte entre Wade et la jeunesse, pacte qui avait mobilisé les suffrages de l’électorat jeune en faveur du candidat du sopi.
Si le président Abdoulaye Wade en arrive aujourd’hui à ce constat d’échec, le minimum de cohérence lui commandait d’en faire une lecture pertinente qui le mettrait face à son incapacité à honorer sa part d’engagement dans ce pacte qui le liait aux jeunes ; et les seules conséquences à tirer d’une telle situation de défaillance, c’est une retraite politique sans délai et sans condition.
Mais manifestement, Abdoulaye Wade peine à se hisser sur ces hauteurs qui sont le domaine des grands hommes. Son entêtement à vouloir fouler du pied les dispositions de la Constitution, en se présentant à un nouveau mandat auquel il n’a pas droit, révèle à suffisance son attachement au pouvoir et sa détermination à s’y maintenir par tous les moyens, y compris la violence.
La présence de mercenaires, révélée déjà il y a quelques mois par M Macky Sall, président de l’APR, démentie à l’époque avec une mauvaise foi parfois teintée de jalousie, confirmée récemment par le constat de plusieurs personnes et il y a juste trois jours, sur les ondes d’une radio de la place, par une voix autorisée du groupe d’hommes de main locaux dont ces mercenaires vont prendre la place, avec des chiens dressés pour tuer sur ordre, est le signe le plus manifeste du péril que le pouvoir en place, fait planer sur la paix et la stabilité nationales.
Cette situation lourde de danger, place tous les acteurs politiques soucieux du devenir de ce pays, dans l’obligation de favoriser les conditions d’un changement assuré en février 2012. C’est dans ce sens que le COJER lance un appel à l’ensemble des partis membres de Benno, dont l’APR est partie prenante, à se référer à la lucidité et au réalisme de M Macky Sall, pour résoudre la question de la candidature par la pluralité prônée depuis le début par le Président de l’APR, afin de conserver intactes les chances considérables pour l’opposition d’atteindre ses objectifs électoraux lors du scrutin présidentiel.
Dans un tel contexte national aussi chargé, la COJER identifie les priorités ailleurs que dans cette querelle de chapelles où M Idrissa Seck s’entête à vouloir entraîner à dessein l’APR par des provocations répétées contre son Président, M Macky Sall.
Pour autant, la COJER considère qu’il est opportun que l’opinion comprenne les vrais motivations qui font s’agiter autant M Idrissa Seck, et les raisons pour lesquelles celui-ci ne doit pas s’attendre à voir le Président de l’APR répondre à ses provocations.
C’est pourquoi, dans le souci d’éviter que le cas Idrissa Seck ne pollue les échanges sur des questions d’enjeux national, le choix a été fait de le traiter dans une déclaration annexe mise à la disposition des personnes présentes ici.
Pour en revenir aux questions d’intérêt national déjà évoquées, la COJER invite l’ensemble de la jeunesse à se mobiliser pour faire barrage aux funestes desseins d’un clan politique décidé à entraîner le pays dans le chaos juste pour conserver ses privilèges de groupe gouvernant.
La bataille pour la préservation des acquis républicains et démocratiques au Sénégal est avant tout l’affaire des jeunes, qui ne sauraient ne pas assumer les responsabilités qui les interpellent.
Je vous remercie de votre aimable attention, et me tiens à votre disposition pour des questions de clarification.
_________________
Touche pas à ma constitution


Revenir en haut
Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:46 (2017)    Sujet du message: DECLARATION de la COJER

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum -> APR/Yaakaar -> Communiqué du parti Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com