L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum
L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République
Forum politique: Soutien au président Macky Sall
 
L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 Bienvenue sur le forum de l'APR 
" Grâce présidentielle accordée à Monsieur Karim Wade c'est un acte humanitaire"   Coulibaly Zaccaria~~ Le projet très ambitieux du Président Macky SALL: Le Plan pour un Sénégal Émergent  PSE ~~  La Diaspora soutien le Président Macky SALL ~~ www.macky2012.com est le site officiel de L' Alliance Pour la République. ~~ 
~ ~ PSE = SNDES + Yonnu Yoxute ~~ 
:: Lettre ouverte au conseil constitutionnel : Ce que j’en sais ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum -> Politique -> Nationale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
zaccaria
Militant de base
Militant de base

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2008
Messages: 118
Localisation: paris
Masculin Lion (24juil-23aoû)
nombre de messages: 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Sam 20 Aoû - 12:28 (2011)    Sujet du message: Lettre ouverte au conseil constitutionnel : Ce que j’en sais Répondre en citant

Lettre ouverte au conseil constitutionnel : Ce que j’en sais avant la bourrasque.
« Il n’y a point ici de procès à faire. Louis n’est point un accusé. Vous n’êtes point des juges. Vous n’êtes, vous ne pouvez être que des hommes d’État, et les représentants de la nation. Vous n’avez point une sentence à rendre pour ou contre un homme, mais une mesure de salut public à prendre, un acte de providence nationale à exercer. Louis fut roi, et la République est fondée : la question fameuse qui vous occupe est décidée par ces seuls mots. Louis a été détrôné par ses crimes ; Louis a dénoncé le peuple comme rebelle ; il a appelé, pour le châtier, mais la victoire et le peuple ont décidé que lui seul était rebelle : Louis ne peut donc être jugé ; il est déjà condamné, ou la République n’est point absoute ».
Chers membre de mon conseil constitutionnel, si j’ai cru devoir monter jusqu’au dessus de la tribune de la « convention nationale » pour emprunter à Maximilien François Marie Isidore de Robespierre les mots qu’il faut pour vous rappeler votre rôle devant l’histoire, devant les Hommes, devant Dieu, devant vos parents et devant la postérité, c’est juste pour dire moi aussi que « Wade doit partir pour que le peuple vive en paix». Votre rôle, je le dis ce n’est même pas de se prononcer sur une candidature de Wade mais c’est de la classer sans suite, c’est de la prendre comme une candidature de farce, une candidature de divertissement, une candidature qui est moralement inacceptable et constitutionnellement insultante. Assimilez cette candidature de Wade, à raison, à celle d’un congolais, né à Kinshasa, grandi au Kivu, ayant uniquement la nationalité de son pays et qui, en vacances au Sénégal, a éprouvé du plaisir à farcer avec nos institutions en déposant une candidature que lui-même juge sans illusion.
Je ne suis pas Robespierre d’ailleurs je condamne son vécu politique mais le Sénégal ne doit pas connaitre de révolution sanglante pour que je me précipite à se targuer d’un droit irréfutable de figurer parmi ses plus fervents défenseurs, c’est la raison pour laquelle je ne veux pas que janvier 2012 au Sénégal soit janvier 1793 en France.
Non ! La France de 1793 ne doit pas être le Sénégal de 2012. Tout leur différencie, s’il y’a eu les prémisses de la révolution chez eux, chez nous il ne doit exister qu’une deuxième et véritable alternance politique différente de celle que le grand jeune supporter du Sopi regrette et renie aujourd’hui. L’alternance politique survenue en Mars 2000 aura été la plus grande supercherie de l’histoire du Sénégal. En effet, de la bourrasque qui résulta des quarante années de règne socialiste, personne (aussi éclairé soit il) ne pouvait comprendre que l’homme qui allait bénéficier de notre confiance n’était pas moins qu’un ennemi de notre constitution.
Pour rappel, le 21 janvier 1793 exactement, sur la place de la Révolution (actuelle place de la Concorde) à Paris, Louis XVI fut condamné à mort et guillotiné. Mais, chez nous il ne doit pas y avoir de condamnation à mort ni de place de la révolution. En janvier 2012, il doit seulement y avoir une place à une décision sage mais pleine de bienfaits du conseil constitutionnel. Après votre « conclave », chers concitoyens aux toges qui forcent le respect, le Sénégal doit sortir grandi et honoré. Le peuple qui parle aujourd’hui et qui dit partout « Y’en a marre d’une candidature illégale de Wade », ne doit pas être réduit à un simple calomniateur, au soir de votre décision. Le mouvement M23 qui symbolise le refus sénégalais ne doit pas être honni au soir de votre décision, puisqu’il ne réclame que ce qui est légitime et légal c'est-à-dire la Non candidature de Wade.
Aujourd’hui si j’ai senti la nécessité de me mettre à la tribune de la « convention nationale » pour vous alerter, pour vous interpeller, pour vous héler ce n’est point parce que je manque de respect ou de confiance à votre honorabilité, NON c’est juste une question de conviction personnelle liée au fait que je n’ai pas cru et je ne crois pas à la « sainteté » de Montesquieu. Ou du moins dans mon pays où une lâche tropicalisation des idées, de celui qui fut le « législateur des nations », aura pris de court toute cette populace qui ne rêve que d’être en règle avec ses gouvernants. En effet chez nous au Sénégal, le retrait du monopole de la législation et du jugement entre les mains de la « seule constante » semble consacrer l’émergence « d’autres constantes » qui malheureusement travaille, on a l’impression, pour la seule constante du PDS.
Le 23 juin le peuple a définitivement soldé son compte avec l’autre pouvoir dont le siège fait face à la présidence mais dont les membres rasent pourtant les murs du palais présidentiel, d’ici peu tous les yeux seront rivés vers le siège du conseil de notre constitution. Mais ce que j’ai vécu le 23 Juin, le spectacle que mon pays a garanti ce jeudi noir, le théâtre qu’on a gracieusement offert à l’opinion internationale, Non ! Je ne veux plus le connaitre dans mon pays.
Rappelez-vous alors qu’en vous sollicitant, nous ne demandons pas plus que votre conseil mais par conséquent la décision finale, je vous le dit clairement et dans une certaine mesure, nous appartient. Ne ferez-vous pas mieux alors d’anticiper déjà sur notre décision ? Oui celle du peuple souverains qui comme l’ancien peuple Hébraïque d’Egypte ne peut plus se contenir dans « son pays », de telle sorte que sa jeunesse n’hésite pas à foncer sur l’atlantique pour aller vers une mort certaine. Ce peuple là qui ne « fermait la bouche que pour dormir », eh bien si vous ne le suivez pas dans sa volonté inébranlable d’en finir avec Wade, fera plus que l’autre « peuple qui n’ouvrait la bouche que chez le dentiste ».
Chers Homme d’Etat, vous avez été investi d’une mission divine et sacré. Alors, LISEZ LE DROIT CONSTITUTIONNEL SENEGALAIS, au nom du seigneur Dieu, de Moise, de Jesus et de Mohamed. Au nom du soleil qui risque de se lever à l’Ouest de Dakar si vous ne faites pas ce que le peuple vous demande : LISEZ LE DROIT CONSTITUTIONNEL SENEGALAIS.
Je vous en prie, chers membres de notre conseil constitutionnel, dans le secret de vos délibérations, comme Moise l’avait fait : Tendez la main vers l’Océan atlantique et demandez solennellement aux eaux de se fendre pour laisser un passage entre les murailles liquides. Ensemble avec les membres du mouvement du 23 Juin, nous montrerons à Wade le chemin qui mène à l’autre coté de la méditerranée. C’est par là seulement qu’il pourra jouir d’une retraite digne d’un ancien président d’un Etat africain laïque, démocratique et souverain malgré le délit de « tentative de conspiration contre la liberté de la nation et d’attentats contre la sûreté générale de l’État » dont il s’est déjà rendu coupable en déclarant sa candidature.
Je voudrais terminer par demander à toux ceux qui nous dise d’attendre 2012 pour faire face à Wade d’arrêter de semer la zizanie dans la tête des sénégalais, Wade partira non par la magie de nos cartes électeurs mais il partira plutôt parce qu’il ne sera pas candidat en 2012.
Prêt pour l’autre 23 Juin, votre compatriote qui ne porte pas la toge mais qui a la lucidité d’un juge constitutionnel.

Papa Malick NDOUR
Etudiant en 3é cycle à la Faseg-Ucad,
Coordinateur Adjt, porte parole du MEER
(Mouvement des Elèves et Etudiants républicains)
milondour@yahoo.fr
www.macky2012.com
_________________
Touche pas à ma constitution


Revenir en haut
Skype
Publicité






MessagePosté le: Sam 20 Aoû - 12:28 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum -> Politique -> Nationale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com