L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum
L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République
Forum politique: Soutien au président Macky Sall
 
L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 Bienvenue sur le forum de l'APR 
" Grâce présidentielle accordée à Monsieur Karim Wade c'est un acte humanitaire"   Coulibaly Zaccaria~~ Le projet très ambitieux du Président Macky SALL: Le Plan pour un Sénégal Émergent  PSE ~~  La Diaspora soutien le Président Macky SALL ~~ www.macky2012.com est le site officiel de L' Alliance Pour la République. ~~ 
~ ~ PSE = SNDES + Yonnu Yoxute ~~ 
:: Discours du président Macky sall ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum -> APR/Yaakaar -> Communiqué du parti
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sengenis
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2008
Messages: 201
Localisation: Canada
Masculin Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre
nombre de messages: 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Dim 3 Avr - 19:32 (2011)    Sujet du message: Discours du président Macky sall Répondre en citant

Mesdames et Messieurs,
La tenue du 1er Conseil National du Réseau des Enseignants de l’Alliance Pour la République, marque un pas qualitatif majeur dans le processus d’édification de notre Parti.
Par la force de l’abnégation, de l’ardeur combattante, de la sincérité d’un engagement et de la profondeur d’une conviction politiques, notre Parti aborde, à l’approche du seuil politique critique que constitue la Présidentielle de 2012, un tournant décisif.
C’est vrai, et je n’aurai cesse de le dire, l’Alliance Pour la République, notre Parti, inscrit sa trajectoire politique, dans la dynamique du vaste et impétueux mouvement de luttes pour la Démocratie, l’Etat de Droit, la République soucieuse de Justice et de Progrès social, déclenché par toute l’Opposition Nationale, pour l’avènement d’un Sénégal Nouveau.
Aussi, est – ce pour moi, le moment et le lieu, de remercier chaleureusement, toutes les Organisations : Syndicales, Démocratiques et de la Société Civile, qui ont accepté, au nom de la solidarité militante et de l’identité de perspective patriotique, de répondre à l’invitation de la section Enseignante de l’Alliance Pour la République. C’est, également et surtout, un moment privilégié de rendre un hommage particulier, à nos Partenaires du Bennoo Siggil Senegaal, notre Coalition, qui, mesurant et assumant les Responsabilités que lui assigne l’Histoire, emprunte les sentiers escarpés, parsemés d’embûches, créés par un pouvoir grabataire et agonisant, pour mettre fin aux souffrances collectives.
Mesdames et Messieurs,
Alain GILOT a raison de dire, je cite : « Un peuple qui prend ses enfants par la main, est un peuple qui vivra longtemps », fin de citation. En, effet, l’avenir d’une Nation, de toutes les Nations, est fondamentalement garanti par ses enfants. Or, existe – t – il un meilleur moyen d’assurer l’avenir, de dissiper les doutes existentiels et le pessimisme inhibiteur, que l’Education ?
Dès lors que la Question est ainsi posée, que déjà, l’on mesure, tout le sens et toute la portée de la Rencontre initiée, ce jour, par le Réseau des Enseignants de l’APR. Car, en acceptant d’affronter les Thématiques majeures qui structurent l’évolution, la situation et les perspectives qu’offre notre Système Educatif, le Réseau des Enseignants APR place sa réflexion collective, au cœur de l’une des plus grandes préoccupations de notre société.
L’Ecole, dite « moderne », est un héritage colonial. Au Sénégal, elle connut ses balbutiements au début du 19ème, lorsque NADER et Jean DART, l’implantèrent entre 1815 et 1817, avant de connaître un véritable essor dans la deuxième moitié du 19ème Siècle.
S’il est vrai que dans ses Objectifs premiers, l’Ecole, dans le tracé des indications de Georges HARDY, s’appliquait à garantir la possibilité de savoir « Lire, Compter et Calculer » en Français, à une infime portion des Enfants, elle avait, également, une autre finalité. Celle de favoriser l’émergence de « Cadres » subalternes au service de l’Administration Coloniale et des grandes Maisons de Commerce, Bordelaises et Marseillaises, de l’époque.
C’est vrai, cependant, qu’une telle entreprise s’était heurtée à une très forte Résistance des Ecoles Coraniques et à d’autres formes de rejets culturels, portées par de grandes figures du Nationalisme Religieux que furent, EL HADJ MALICK SY et CHEIKH AHMADOU BAMBA MBACKE. Certainement, l’évolution du Système Colonial, le développement de l’Urbanisme et l’explosion démographique, avaient accéléré l’implantation de l’Ecole dans notre pays.
Au cours de vos Travaux d’Ateliers, vous aurez l’occasion, Chers Camarades, je n’en doute point, d’approfondir, plus encore, ces questions.
Bref, cet aperçu historique général a pour intérêt, de bien situer les fondements de l’Ecole dans notre pays et de baliser la voie à une Etude critique de sa situation actuelle, avant d’engager la réflexion sur sa nécessaire et salvatrice Réforme.
Mesdames et Messieurs,
C’est une lapalissade d’affirmer que l’Ecole sénégalaise est malade. Qu’elle souffre de graves tares et, pire encore, ne semble pas être en mesure, de jouer son rôle de socle premier du mouvement général devant mener notre pays au Développement.
Les pertinentes précisons, illustrant la crise de notre Système Educatif, fournies par le Camarade YOUSSOU TOURE, Coordonnateur du Réseau National des Enseignants de l’APR, sont suffisamment éloquentes, pour que nous en rajoutions davantage !
Néanmoins, l’intérêt tout particulier que notre Parti accorde au secteur de l’Education, nous dicte l’impératif de revenir, très succinctement, sur quelques Axes centraux abordés par nos Camarades du Réseau National des Enseignants. A mon avis, l’une des raisons explicatives de la grave crise qui affecte notre Système Educatif, réside dans le fait que l’Ecole peine à déterminer, clairement, ses Finalités ! Autrement dit, des questions majeures se posent d’elles – mêmes, à savoir :
A quoi sert l‘Ecole ?
Comment décliner et dérouler des Programmes d’Enseignement à même de prendre en charge les grandes Orientations définies ?
Quelles sont les Méthodes à mettre en œuvre, pour assurer l’équilibre et la Formation de nos Enfants ?
Que faire pour garantir une place de choix aux Enseignants dans la vie socioéconomique ?
Comment repenser la durée du Cursus et du Calendrier Scolaires, recentrer les crédits horaires et les Congés Scolaires?
Quel Plan pour financer l’Education ?
Que faire, pour minorer « l’échec scolaire » et accélérer, tant la scolarisation des jeunes Filles, que la massification de l’alphabétisation ?
A toutes ces Questions et à tant d’autres, notre Système Educatif peine à apporter des Réponses claires et satisfaisantes, si tant est, encore, qu’il se les pose !
C’est dire donc, que le Réseau National des Enseignants de l’APR a de grands chantiers ouverts devant lui. Mais, l’ampleur des Tâches à résoudre, la complexité des questions à affronter et les exigences de la construction collective d’une Nouvelle Ecole revisitée au prisme du Patriotisme et des impératifs de Développement de notre pays, imposent la mutualisation de toutes les forces du monde scolaire en général, de celles des Enseignants, en particulier. A cet effet, c’est avec une réelle satisfaction, que j’ai lu et hautement apprécié, la contribution du SUDES sur la CRISE DE L’EDUCATION, ouvrant de très belles Propositions pour une Refondation de l’Ecole Sénégalaise. Tout comme, du reste, je félicite les autres Organisations Syndicales Enseignantes, pour les efforts qu’elles entreprennent sur le front de la Proposition Alternative articulée au combat pour une Autre Ecole.
L’évolution de l’Ecole sénégalaise post – coloniale est scandée par de multiples soubresauts, de multiples et récurrentes Grèves, tant des Enseignants que des Etudiants et des Elèves, débouchant, maintes fois, sur des « Années Blanches » et des « Années Invalides ». Signes ne sauraient être plus manifestes, de l’échec de notre Système Educatif et qui jettent le discrédit sur les fameux « 40% alloués à l’Enseignement» !
Il me semble donc, qu’il est urgent, de rétablir le contrat de confiance qui lie l’Ecole à la société, de nouer un Pacte Pour l’Ecole engageant, à la fois, les Enseignants, les Elèves, les Etudiants, les Parents d’Elèves, l’Etat, les Collectivités Locales et le Secteur Privé. Le « monde scolaire » dont on parle souvent, serait alors un vrai « monde », c’est – à – dire, un collectif expressif d’une unité de volonté et de Buts, capable, par la force collective de ses composantes, de faire face à toutes les formes d’hostilités, aussi bien internes, qu’externes !
Mesdames et Messieurs,
« Rien ne s’apprend, nulle part, sans un maître », disent les Chinois. Un tel et juste dicton, connu sous tous les cieux, ouvre une fenêtre, sur le rôle et la place des Enseignants dans la validité et la vitalité de tout Système Educatif.
Au vrai, les Etats Généraux de l’Education et de la Formation de 1981, comme l’a rappelé le Camarade YOUSSOU TOURE, fort justement, avaient, particulièrement, insisté sur cette place centrale des Enseignants dans le dispositif éducationnel.
Hélas, cette question, combien importante, même si de timides efforts ont été entrepris par l’Etat, demeure d’actualité. Car, dans une Ecole soumise aux logiques très discutables du PEDEF, comment ne pas s’inquiéter de la baisse qualitative du niveau de nos Enseignants ? Comment ne pas remettre en cause le dangereux système des « Quotas », aux relents politiciens ?
Il est donc temps, de revoir, ou plutôt de rénover, le Recrutement en milieu Enseignant, de rediscuter de la politique des « Volontaires » et des « Vacataires » de l’Enseignement, en termes de Formation, de Statuts et de Plans de Carrière.
Aujourd’hui, la baisse généralisée du niveau de nos Elèves et Etudiants, que reflète le taux inquiétant des échecs dans tous les Concours et Examens organisés, nourrit de légitimes inquiétudes et exige un indispensable réexamen de la situation de notre Système d’Enseignement. Du reste, tout semble être fait, pour la mise à mort de l’Ecole Publique qui a valu tant de succès, tant de grandes figures, à notre pays et dans le monde ! La prolifération des « Ecoles de Formation », à un rythme exponentiel et des Ecoles Privées, de tous ordres, en atteste pleinement. C’est donc tout le schéma global de notre Système d’Enseignement qu’il faut, obligatoirement, revoir !
Pour autant, une telle situation, aussi grave qu’elle est, ne saurait nous dispenser de la nécessité de centrer la réflexion sur les Enseignants eux – mêmes. C’est pourquoi, à vous autres Enseignants du Réseau National des Enseignants de l’APR, je recommande, vivement, de revenir aux sources fondatrices de la fonction. N’oubliez jamais, la justesse de la sentence de Joseph JOUBERT, pour qui, je cite « Enseigner, c’est apprendre deux fois », fin de citation. Dans l’exercice de votre métier, sacerdoce par excellence, rappelez – vous, toujours, cette belle maxime de la pédagogie des Grands Maîtres qui souligne que « l’enfant n’est pas un vase à remplir, mais un feu à allumer », dans le sillage des brillants propos de GALILEE soutenant que, je cite « Tu ne peux pas tout enseigner à un homme ; tu peux seulement l’aider à le trouver en lui », fin de citation. La grandeur de votre métier est telle que l’on ne peut que souscrire à la sagesse d’un vieux dicton de la « France des profondeurs », enseignant que « Tant vaut le maître, Tant vaut l’Ecole». Aujourd’hui, plus que par le passé, faites redécouvrir à nos enfants, la « passion scolaire » qui leur évite le pessimisme négateur de réussite. Il n’est plus question que nos Elèves et Etudiants cèdent aux Sirènes aux cœurs froids qui les poussent à se poser la question de l’auto - abdication : Pourquoi vouloir être premier quand on sait qu’on risque de partager le sort du dernier ?
Mes Chers Camarades,
Les Enseignants sont les véritables liants de notre société. Dans des conditions extrêmement difficiles, ils sont porteurs et messagers de Savoirs, Educateurs, Conseillers, Assistants Sociaux, Médiateurs, Confidents, Soutiens et proches, parmi les plus proches de nos populations. Quel corps de métier, peut- il se prévaloir de pareils attributs ?
C’est vous dire donc que notre Parti mesure pleinement, toute votre dimension d’Acteurs majeurs, incontournables dans l’équilibre et le devenir de notre société. En engageant un mortel combat contre les forces ténébreuses de l’ignorance, vous validez la grande thèse d’Anatole France pour qui, je cite « l’Ecole en or change le cuivre, tandis que l’ignorance en plomb, transforme l’or », fin de citation.
C’est fort de toutes ces considérations, que je vous exhorte à croire en vous et en la noblesse de votre profession. C’est, également et surtout, pour toutes ces raisons, que je sais que vous allez vous mobiliser pour l’avènement d’une Autre Ecole que seul garantit l’avènement d’un Sénégal Nouveau, sur les ruines du pouvoir actuel qui, dans la totale incurie, a plus qu’atteint ses limites.
Vous allez discuter de l’Ecole, procéder à un diagnostic sans complaisance de l’état des lieux du monde scolaire et duquel devront découler de judicieuses synthèses propositionnelles. Je ne doute guère que vous le ferez dans le respect des normes démocratiques, dans un esprit de franche camaraderie et dans la perspective d’apporter votre inestimable contribution à l’avènement du prochain et Nouveau Sénégal.
En réitérant toutes mes félicitations au Réseau National des Enseignants APR, particulièrement, à son Coordonnateur National, le camarade YOUSSOU TOURE et dans l’espoir que leurs propositions seront de nature à ouvrir de nouvelles perspectives à l’Ecole Sénégalaise, je déclare ouvert le 1er Conseil National du Réseau National des Enseignants de l’APR.

Mesdames et Messieurs, je vous remercie de votre attention.

Macky Sall Président APR
_________________
il n'y a pas de citadelle imprenable, il n'y a que de citadelle mal assiégée
Je dirai: la nation sénégalaise est immense et exige de ses citoyens une grandeur


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Publicité






MessagePosté le: Dim 3 Avr - 19:32 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum -> APR/Yaakaar -> Communiqué du parti Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com