L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum
L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République
Forum politique: Soutien au président Macky Sall
 
L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 Bienvenue sur le forum de l'APR 
" Grâce présidentielle accordée à Monsieur Karim Wade c'est un acte humanitaire"   Coulibaly Zaccaria~~ Le projet très ambitieux du Président Macky SALL: Le Plan pour un Sénégal Émergent  PSE ~~  La Diaspora soutien le Président Macky SALL ~~ www.macky2012.com est le site officiel de L' Alliance Pour la République. ~~ 
~ ~ PSE = SNDES + Yonnu Yoxute ~~ 
:: Voilà comment parlait Lamine Faye, le thuriféraire (flatteur) des Wade ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum -> Compte rendu des réunions -> Quoi de neuf?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sengenis
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2008
Messages: 201
Localisation: Canada
Masculin Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre
nombre de messages: 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 08:44 (2010)    Sujet du message: Voilà comment parlait Lamine Faye, le thuriféraire (flatteur) des Wade Répondre en citant

Voilà comment parlait Lamine Faye, le thuriféraire (flatteur) des Wade

AMADOU LAMINE FAYE, ECRIVAIN ET POLITOLOGUE : « Macky Sall ne doit rien à Idrissa Seck »

« Tout le monde peut noter la différence de personnalité entre Macky Sall et Idrissa Seck » :
Amadou Lamine Faye, écrivain et politologue, entre dans le débat pour analyser les styles des deux hommes. Autant le Premier ministre sait faire dans la mesure, autant l’ancien chef du Gouvernement adopte un discours taillé dans la démesure. M. Faye, par ailleurs, se prononce sur l’Etat du Sénégal sous Wade : un pays où les réalisations sortent de terre.
Le président de la République a sorti un livre et Macky Sall, son Premier ministre, vient de faire une sortie significative sur le plan politique.

Que pouvez-vous dire de ces évènements ?

Je vous remercie de me permettre de dire mon sentiment sur ces deux évènements importants. Le fait marquant dans la sortie du Premier ministre Macky Sall est qu’il a démontré qu’il assume aujourd’hui, à travers ses fonctions de chef du gouvernement et de n° 2 du Pds, un rôle extraordinaire dans la prise en charge du destin de la pensée de Wade. Il a donné la preuve qu’il incarne réellement la figure qui sait promouvoir et défendre, avec intelligence, les idées et la vision de Wade. Ce qui justifie la confiance que le chef de l’Etat place en cet homme qui lui apporte une sérénité incontestable au sommet de l’Etat.
Sur la sortie du livre du président de la République, il faut d’abord préciser qu’il s’agit d’une réédition de son ouvrage écrit en 1989 et intitulé "Un destin pour l’Afrique". Dans ce livre, qui garde toute son actualité, le chef de l’Etat avait fait le point sur sa pensée avant d’arriver au pouvoir. La caractéristique majeure de cette pensée est qu’elle est à la fois élaborée scientifiquement et achevée en ce qui concerne la réponse à trois enjeux historiques nés de la mauvaise route empruntée par les régimes héritiers de l’ordre colonial.

Quels sont les trois enjeux ?

Le premier enjeu est de restaurer la capacité de conception autonome et de réalisation du développement par les Africains. Sur ce point, la pensée de Me Wade est apparue comme une réponse africaine globale pertinente sur toutes les questions qui intéressent le devenir africain. Cette réponse africaine du leader du Sopi est construite sur les ressources spirituelles, intellectuelles morales panafricaines. Elle est aujourd’hui le référentiel qui s’est montré, historiquement, le plus apte à prendre en charge la question de maîtrise de leur destin par les peuples africains.

Le deuxième enjeu est de repositionner l’Afrique dans le concert des nations à partir de la valeur de son génie et de ses apports au développement et à la paix mondiale. Sur ce point également, Me Wade a contribué à la création de l’Union africaine et à la redéfinition de nouveaux rapports entre l’Afrique et les puissances occidentales fondés sur le partenariat et non l’assistanat.
Le troisième enjeu est la fermeture des multiples fractures historiques nées d’une déconstruction de l’évolution naturelle du continent africain par les puissances étrangères. Après l’Alternance obtenue le 19 mars 2000, Wade a fait face à ces enjeux. Et les résultats aujourd’hui sont connus.
C’est-à-dire...
Premièrement, le Sénégal est devenu, sous Wade, plus capable tant en conception qu’en réalisations (avec les plus grands scandales financiers que le pays n’a jamais connu oui je suis d’accords avec toi et surtout que la corruption a occupé aujourd’hui un niveau jamais égalé sans oublier la dilapidation des ressources nationales voyages en jets privés pour la famille Wade).
Deuxièmement, sous Wade, l’Afrique et le Sénégal sont mieux respectés (laisse moi rire…). Et c’est grâce à cela qu’on parle maintenant d’offrir deux postes à l’Afrique au Conseil de sécurité.
Troisièmement, sous Wade, le gap qui nous sépare des pays développés est en train d’être réduit considérablement, grâce à ses initiatives véhiculées par le Nepad et grâce chez nous à une stratégie de croissance accélérée élaborée par le gouvernement de Macky Sall.

Qu’avez-vous à ajouter sur la sortie du Premier ministre Macky Sall ?

Je dois affirmer que si je ne connaissais pas personnellement le Premier ministre Macky Sall, je dirais que je viens de découvrir, à travers sa sortie dans « le Soleil », une facette importante mais ignorée de sa personnalité. En effet, le profil du scientifique et technocrate qu’il a dégagé en apparence jusqu’ici dans la gestion rigoureuse des projets du président de la République n’avait pas permis de connaître cette facette de débatteur et de théoricien pleinement à l’aise sur toutes les questions qui sont agitées dans l’espace public. Les Sénégalais ont été tenus ignorants de cela à cause de son engagement total à faire sortir de terre les projets du président de la République. Et cela avait éclipsé ces qualités d’analyste que les Sénégalais découvrent et que je lui connais. C’est vous dire que je suis loin d’être surpris. Car, en préfaçant déjà mon livre, j’avais pu apprécier ses talents d’analyste et sa capacité de porter des énoncés comme celui de pluralisme de convergences qui permettent de lire les processus politiques réels et d’en impulser de plus déterminants dans l’espace public. En le voyant aujourd’hui faire une telle sortie, que je qualifie de clarification et de reprécisions des données politiques dans l’espace public, je mesure la permanence de son engagement à défendre à la fois et les idées de Me de Wade et l’homme face à des questions qui sont agitées dans le dessein de noyer les œuvres de Me Wade.

Macky Sall a parlé de ses rapports avec les hommes politiques les plus importants comme le maire de Dakar et Président de l’Assemblée nationale Pape Diop, l’ex-Premier ministre Idrissa Seck, Karim Wade, Djibo et Landing pour citer que ceux-là.
Qu’en pensez-vous ?

C’est une autre facette qu’on découvre chez Macky. Celui d’un rassembleur capable, par son sens de la mesure, de la sincérité et du respect, de s’aménager l’acceptation et la considération des acteurs utiles à Me Wade. C’est quelqu’un qui s’est montré, dans sa sortie, capable de défendre, sans faiblesse, Me Wade et sa vision, tout en n’enregistrant aucun incident critique pouvant éloigner un allié utile au projet de majorité d’idée chère à Me Wade. Ce qui n’a pas été le cas de son prédécesseur Idrissa Seck.

Que pensez-vous de l’attaque au vitriol d’Idrissa Seck contre la sortie de Macky Sall ?

À travers les propos tenus respectivement par Macky Sall et Idrissa Seck, tout le monde peut noter la différence de personnalité de l’un et l’autre, ainsi que leur qualité. L’insolence, la méchanceté, l’irresponsabilité, la volonté de salir, de nuire, de calomnier, d’occuper l’actualité par le scandale et les injures ressortent manifestement dans les propos d’Idrissa Seck. Tandis que dans les propos de Macky, on peut noter que le Premier ministre actuel a toutes les qualités des défauts de son prédécesseur. C’est-à-dire l’honnêteté intellectuelle, le sens de l’Etat, de la mesure et de la responsabilité. Tout le monde sait que Macky Sall ne doit rien à Idrissa Seck. Dans sa situation qui le confine à l’oubli politique, Idrissa Seck a choisi de jouer à fond les francs-tireurs pour exister dans les médiats et tenir en confiance ses partisans. C’est pourquoi il est à l’affût pour tirer sur tout ce qui bouge dans l’espace public. De plus, Idrissa Seck insulte l’intelligence des Sénégalais en prétendant que c’est grâce à lui que Macky Sall a occupé un poste ministériel. Idrissa Seck a tout reçu de Me Wade comme Macky Sall et n’a pas fait comme Macky Sall, c’est-à-dire faire preuve de fidélité au président de la République, de soutien dans les moments les plus difficiles où il est attaqué par ses ennemis et d’appui à ses projets et idées.

La question du couplage de la présidentielle et des législatives a été fortement agitée ces temps-ci par les alliés du président. Mais l’opposition membre du Cpc n’en veut pas.
Qu’en pensez-vous ?

Ce que je pense du couplage des élections, c’est qu’on ne peut pas demander à l’ordre politique qui a pris naissance à la date du 19 mars 2000 de prendre, en matière de calendrier électoral, ses exemples sur ce qui s’est fait sous un régime rejeté historiquement par les Sénégalais. Le gouvernement issu de l’Alternance a le droit de réinventer pour faire mieux que ceux qui ont été sanctionnés dans leur politique. La deuxième remarque est que l’opposition, avec ses initiatives comme l’Idewa (Initiative pour la démission de Wade, ndr) a posé entre elle et le régime de l’Alternance un problème d’arbitrage express par le peuple sur la question de savoir qui mérite de détenir le pouvoir. Sous ce rapport, il y a à s’étonner de la contradiction qui mine le Cadre permanent de concertation de l’opposition (Cpc) qui récemment a piétiné le calendrier républicain en demandant la démission de Wade, pour ensuite rejeter un couplage des élections qui raccourcit légalement la durée son mandat. Un processus difficile de parachèvement de l’alternance nous a été imposé par une cohabitation inefficace avec le Parti socialiste (Ps).
Et cela a contrasté avec le succès éclatant de l’alternative au régime socialiste obtenu sans la cohabitation. Il y a, par conséquent, un sens nouveau qui est produit dans la détermination de tout calendrier électoral et qui seul constitue la référence historique pour apprécier les valeurs de l’ordre politique spécifique à l’Alternance. Sous l’Alternance, le peuple sénégalais a validé, pour tout calendrier républicain, une séquence et un processus.
Ce sens qui est produit sous l’alternance est que le président de la République doit être élu avant les élections législatives pour pouvoir être dans les conditions d’accepter ou de refuser librement la cohabitation, en demandant au peuple la confiance dans le contrôle démocratique des leviers d’application de la politique pour laquelle il a briqué leurs suffrages. En couplant les élections, cette exigence est respectée. Et elle permet d’obtenir un optimum de gain politique et économique qui nous évite des dépenses inutiles et la confusion dans la conquête du pouvoir.
Ce pouvoir, rappelons-le, repose sur le contrôle démocratique de trois leviers institutionnels fondamentaux : à savoir l’Exécutif (dirigé par un dictateur assoiffé de pouvoir centralisé), le Législatif (où siègent actuellement des moutons de panurges) et les Municipales (qui sont dirigées aujourd’hui par les vrais représentants du peuple).
ENTRETIEN AVEC HABIB DEMBA FALL
_________________
il n'y a pas de citadelle imprenable, il n'y a que de citadelle mal assiégée
Je dirai: la nation sénégalaise est immense et exige de ses citoyens une grandeur


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Publicité






MessagePosté le: Mer 26 Mai - 08:44 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'APR/YAAKAAR Alliance Pour la République Index du Forum -> Compte rendu des réunions -> Quoi de neuf? Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com